AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue Invité sur Dirty Laundry
Votez pour nous ici, et maintenant
à tous les deux heures merciiii (=
Bravo à nos trois nouveaux modérateurs
Elliott Peterson, Charlie Walker & Alyson Nolans
Inscrivez-vous au topic de groupe dès maintenant.
Et venez accueillir le nouveau voisin, très mystérieux....

Partagez | 
 

 La dernière fois qu'on s'est vu - REBECCA H. & MICHAEL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

complex

avatar

WELCOME TO AZALEA VALLEY
J. Michael Wendall

J'ai : 26 ans. Secrets : 205
Temps de jeu : troisième
Anniversaire : 13/10/1992
Déménagement : 24/10/2012
Âge : 25 ans
État civil : Célibataire
Emploi : Résident en chirurgie général
Adresse : 2107 Orchid Street
Avatar : Ed Westwick






MessageSujet: La dernière fois qu'on s'est vu - REBECCA H. & MICHAEL Dim 04 Nov 2012, 9:37 am

Azalea Valley était le quartier résidentiel de Jayden Wendall depuis toujours. Il y avait grandi auprès de ses parents plutôt occupés et aujourd’hui, on lui avait donné la maison familiale. L’homme voguait maintenant de ses propres ailes tandis que ses parents, eux, profitait du soleil des Bahamas au-delà de leur belle villa sur le bord de la mer. Peut-être que Jay les enviait un peu, mais il n’était certainement pas prêt à tout quitter pour une ville paradisiaque. Gamin, le jeune homme avait une baby-sitter du nom de Rebecca. Il s’agissait d’une femme très mignonne qui était surtout très gentille avec lui. Il adorait qu’elle le garde et lorsqu’il tomba dans l’adolescence, c’est un peu plus qu’un baby-sitter qu’il avait envie. Le jeune charmeur tenta de faire succomber la femme un peu plus vieille que lui, ce n’était pas la première fois qu’il s’envoyait en l’air avec quelqu’un de beaucoup plus âgés – bien que ce n’était pas une grande différence d’âge avec Rebecca – mais tout de même, c’était un fantasme qu’il gardait, de se taper la gardienne. Après maintes reprises, le médecin réussit à passer une nuit avec la femme – sans aucune attache évidemment – et maintenant, il se retrouvait à ne plus revoir Rebecca. La gardienne de son enfance semblait l’éviter comme la peste, ce qui faisait bien rire Jay qui s’amusait à l’aborder et provoquer un peu en elle de la gêne. Enfin, aujourd’hui, tandis qu’il roulait à bord de sa belle voiture de luxe dans le centre-ville de Fairview, il vit Becca entrer à l’intérieur d’un petit restaurant proche de midi. Un sourire malicieux se glissa sur son visage et il se stationna là-bas aussitôt. L’homme entra et aperçut la femme assise à une table en solitaire. Il leva les mains en l’air et hurla. « Rebecca ! Quelle surprise ! ça fait un baille que nous nous sommes pas croisés… c’était quand déjà la dernière fois ? Ah oui, quand on s’était envoyé en l’air ! Tu te souviens ! J’ai même quelques photos pour te remémorer cette magnifique soirée ! » Il lui fit un clin d’œil amusé et prit place à sa table sans demander.





Dernière édition par J. Michael Wendall le Sam 10 Nov 2012, 5:07 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

broken

avatar

WELCOME TO AZALEA VALLEY
Rebecca T. Hodgkin

J'ai : 25 ans. Secrets : 135
Temps de jeu : 3ème
Anniversaire : 14/05/1993
Déménagement : 31/10/2012
Âge : 30 ans.
État civil : Divorcée.
Emploi : Experte en objets d'Arts.
Adresse : 2013 Avenue GARDENIA STREET
Avatar : Rachou McAdams






MessageSujet: Re: La dernière fois qu'on s'est vu - REBECCA H. & MICHAEL Mer 07 Nov 2012, 10:03 am





La dernière fois qu'on s'est vu.

« Madame Hodgkin, pourriez-vous examiner cet objet datant du 10 ème siècle ? » Observer, scruter minutieusement chaque objet comme si ce dernier recelait des vérités sur les siècles passés. Il en était ainsi depuis fort longtemps. Elle était comme une scientifique, jouant de ses tubes à essaies dans l’espoir de résoudre des équations. Seulement, Rebecca n’était pas forcément très chevronnée pour dénouer ses histoires de cœur. A vrai dire, si elle s’en chargerait comme ses relations personnelles, tout laisserait à penser, qu’elle serait une minable experte. Dans son esprit, Bagdad, des tiraillements venus de nuls parts, l’obligeant à jongler. Entre quoi, finalement ? Entre son mariage partit en fumé et sa relation avec Trystan, qui s’avérait être en ukase, Becca était comme une tellière en ébullition, prête à tinter de toutes ses forces. Trop, s’en était trop. Elle ressentait cette fâcheuse sensation d’être un déchet, qui pollue l’air d’autrui part sa présence. D’apparence calme, la jeune femme intériorisait tout en elle, projetant dans son esprit des scénarios malsains. Ecraser Tate en voiture en y allant de bon cœur, séquestrer Trystan dans une cabane en bois reculée de la civilisation, la suppliant de le libérer. Des images souillées par le temps passés. Rebecca résistait tant bien quel mal, elle se résignait à s’accrocher au peu qu’il lui restait. Becca contemplait automobilistes défilés à travers la vitre du restaurant. Concentrer, elle eut tout le loisir de compter le nombre d’autos, et noter les plus fines imperfections.
Carnage ! La tellière allait déborder plus rapidement que prévue. D’épaisse fumée blanche opaques s’échappèrent de ses oreilles, la protagoniste fulminait sur place. Rebecca n’en croyait pas ses yeux, Jayden, là, entrain de l’afficher dans tout le restaurant, sans gêne. Becca, ou devrais-je dire la tellière était sur le point d’imploser littéralement. Elle fit un effort surhumain pour ne pas lui beugler dessus. D’un ton badin, qui relatait de la colère, la jeune femme répondit : « Jayden ! Quel plaisir de te revoir, la dernière fois que nous nous somme vus, je te changeai les couches culottes ! » Avant d’entendre la fin de sa phrase, qui, vraisemblablement la fera sortir de ses gons. Elle décrocha les yeux de la vitre pour les poser sur Jay’. De gros yeux ronds, un air penaud. « Non, je n’en ai pas le souvenir, cela n’a dû guère me marquer. En parlant de photos, désire tu que tes conquêtes t’admire dans ta tenue d’Adam lorsque tu étais petit ? » Certaines images de nôtres enfances nous paraissent humiliantes, d’autres moins.
(c) B-NET