AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue Invité sur Dirty Laundry
Votez pour nous ici, et maintenant
à tous les deux heures merciiii (=
Bravo à nos trois nouveaux modérateurs
Elliott Peterson, Charlie Walker & Alyson Nolans
Inscrivez-vous au topic de groupe dès maintenant.
Et venez accueillir le nouveau voisin, très mystérieux....

Partagez | 
 

 FlashBack - La confrontation. ft Tate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

broken

avatar

WELCOME TO AZALEA VALLEY
Rebecca T. Hodgkin

J'ai : 25 ans. Secrets : 135
Temps de jeu : 3ème
Anniversaire : 14/05/1993
Déménagement : 31/10/2012
Âge : 30 ans.
État civil : Divorcée.
Emploi : Experte en objets d'Arts.
Adresse : 2013 Avenue GARDENIA STREET
Avatar : Rachou McAdams






MessageSujet: FlashBack - La confrontation. ft Tate Ven 02 Nov 2012, 11:23 am



La confrontation.

Avoir le cœur qui balance entre deux hordes, d’un côté la famille et de l’autre le conjoint, un dilemme plus qu’ardu notamment lorsque ses derniers n’ont guère d’atomes crochus. Une vie menée par un seul et unique chef d’orchestre, ses parents. Présent dans son existence, voir étouffant. Son mariage représentait l’indépendance, voler de ses propres ailes pour atteindre ce l’on nome l’apogée. Bâtir des fondations durables dans l’espoir de concrétiser des projets à longs termes. Seulement cette incapacité à tenir tête à ses géniteurs était comme frustrante. Une femme dite indépendante qui se trouve soumise par ses derniers, ne représentait en en cas l’autonomie. Assise à table, en face de Tate, et ainsi entourée de son père et de sa mère à chaque extrémité de bout de table, Rebecca s’interrogeait sur la tournure que prendrait son mariage, vis-à-vis de cette situation plus qu’incommode. Depuis quelque temps, l’un et l’autre rentrait constamment en conflit, ne serait-ce que pour une broutille. « Ma fille, quand est-ce que tu ouvriras les yeux sur cet homme ! » Lança maladroitement son père, sur un ton hautain et méprisant. La réaction probablement tant attendue par son époux, Tate, n’arrivait guère. Pourquoi ne daignait-elle pas remettre les pendules à l’heure avec son paternel ? Pourquoi n’affirmait-elle pas ses choix personnels ? Elle était constamment hantée par la peur, peur d’une éventuelle confrontation. Elevée dans un milieu mondain, cette dernière, stéréotypée par sa mère, suivait à la lettre les dires de cette dernière. Et cela se ressentait dans le mariage de Becca, malgré elle. En somme, elle subissait autant que Tate.
Le repas terminée, l’âme blessée reprit la route en compagnie de son mari. Le trajet fut relativement pesant, ou tout du moins l’ambiance qu’émanait cette situation. Abattue, impuissante, elle ne put défendre son compagnon ce soir-là. L’esprit ailleurs, elle contemplait les paysages défilés à travers la vitre de l’automobile. Le silence gagna le jeune couple, un silence mortuaire planait au-dessus de leur tête. Acceptera-t-il le comportement de cette dernière. Dans un élan de colère, cette dernière lança : « Tu ne comptes pas d’adresser la parole ! Pauvre type ! » D’un ton antipathique, en poussant un profond soupir de désarroi. D’une mine déconfite, elle ajouta : « Cette situation me blesse tout autant, mais que je veux tu que je fasse ? ». Le sentiment d’impuissance la gagna d’autant plus. Les yeux rivées au sol, la jeune femme se renferma sur elle-même.
Code by B-NET (c)